mercredi 17 octobre 2018

dimanche 14 octobre 2018

Du prosauropode sous laser...



Mais qu'est-ce que c'est que ce fer à repasser des temps futurs ?




Cette semaine il faut scanner un maximum de fémurs de prosauropodes.




Des prosauropodes ?




Kiki du Lesotho... version 2013


VS




sa version 2017...


Réaliser des modèles 3D  trés précis, pour une grande étude comparative.




Des modèles si précis qu'il pourraient être imprimables





On est vraiment passé dans une autre dimension.




VIDEO :





Force bleue... force rouge... force jaune !





mardi 9 octobre 2018

Les dinosaures d'Angeac dans Cap sud Ouest (France 3)... La saintonge au fil de l'histoire.


Cet été... souvenez-vous... une équipe de télé était venu filmer les fouilles d'Angeac-Charente...
L'émission est passée ce week end... la voici à présent sur You tube.
Pour les plus impatients, le curseur est à mettre à 16 minutes 15 jusqu'à la fin pour y voir notre site à dinosaures... de nouvelles images prises avec un drone... le blabla de Ronan... de Bill et de ma pomme...

Maintenant j'invite les plus curieux à abaisser aussi une autre manette de la machine à remonter le temps... pour découvrir la Saintes romaine (La ville ! ^^)
 et donc... de regarder l'émission depuis le début.




Cap Sud Ouest, une émission de France 3 Nouvelle Aquitaine nous présente :

Saintonge au fil de l'histoire

"Nous commençons nos escapades à Saintes par un retour aux sources, au tout début de l’ère chrétienne. Quand les Romains conquièrent la région, elle est alors occupée par un peuple gaulois, les Santons. En l’an 20 après Jésus-Christ les Romains décident de créer ex nihilo, le long du fleuve Charente, une nouvelle cité baptisée Mediolanum Santonum. En compagnie de Muriel Perrin, animatrice du patrimoine et de l’architecture de Saintes, nous nous rendons aux incroyables arènes de la ville. Ce site permet de comprendre l’importance de Saintes à l’époque romaine. Tout comme l’Arc de Germanicus, vieux de 2 000 ans. Un arc routier, car cette cité était le terminus de la Via Agrippa, une route stratégique qui partait de la capitale des gaules, Lyon, et traversait le Massif central, pour rejoindre la façade atlantique. 

Jérémy Guignet a donné rendez-vous à Eric au petit matin. Après avoir beaucoup voyagé, ce jeune pilote de montgolfière est revenu s’installer dans sa région natale. Il partage avec Eric, un de ses plus grands plaisirs : voler au-dessus du fleuve Charente. Ce fleuve est comme une ligne de vie où l’on peut lire l’histoire politique, économique et culturelle de la Saintonge. Il faut dire que ce cours d’eau a une sacrée personnalité ! Il prend son temps… lézarde… fait des zigs puis des zags… Sa source est à 160 km à vol d’oiseau de l’Atlantique, mais avec ses méandres il parcourt le double de la distance !
Si le fleuve Charente a été un élément déterminant dans le développement de la Saintonge, ce sont bien les hommes qui ont été les acteurs de cette histoire. Comme partout en Nouvelle-Aquitaine, les monastères ont joué un rôle prépondérant en développant l’agriculture et le commerce. Après la Révolution, les ancêtres de Thibaud Boutinet ont acheté l’abbaye de Fontdouce, à Saint-Bris des bois.
Aujourd’hui, Thibaud poursuit le travail de son père et de son oncle qui ont lancé d’ambitieux travaux de restauration dans les années 60.
Pour terminer ce périple en Saintonge, Eric se rend à Angeac-Charente, à mi-chemin entre Cognac et Angoulême, pour un voyage dans le temps de plusieurs dizaines de millions d’années. Tous les étés, depuis 10 ans, les plus grands spécialistes de la Préhistoire viennent fouiller dans une carrière. C’est le cas de Ronan Allain, paléontologue au Muséum National d’Histoire Naturelle, et Jean-François Tournepiche, conservateur en chef du musée d’Angoulême. 
C’est ici qu’a été découvert le plus grand fémur de sauropode au monde ! De quoi inspirer le dessinateur de bandes dessinées Mazan, qui suit les aventures de ce chantier de fouilles hors du commun depuis ses débuts."



Coulisses du tournage:







Les dinos de Benjamin W. Hawkins et ceux de Flammarion.



Ooooh ! Que de merveilles dans les coulisses du muséum... 
De vieilles sculptures vintage...





... jusque dans le bureau de Ronan Allain !





Des sculptures en plâtre, signées Benjamin Waterhouse Hawkins, datant du milieu du 19 ème siècle !
(Des modèles qui ont dû servir pour les grandes sculptures qui se trouvent à Londres)




J'en profite pour tourner autour avec mon appareil photo et faire quelques croquis.





... un temps jadis où on pensait que les dinos ressemblaient à ça:








Benjamin W. Hawkins... 












Et dans un coin... une vieille, vieille boite...





... remplie de figurines originales en plâtre peint basées sur des dessins de Flammarion.












Tout cela mériterai une vitrine dans la grande galerie pour le public, non ?





Un... stégosaure !
Si si... avec ses plaques, là... il y en a même sous la queue...





Un diplo.




Un mammouth.





Un... truc.


Sinon... il y a aussi des représentation plus modernes.
Mais c'est une autre histoire.





mercredi 3 octobre 2018

Mais où se trouve le crâne de Pépé le sauropode d'Angeac-Charente ?

Souvenez-vous... le crâne découvert cet été sur le site des fouilles d'Angeac...
L'arrière crâne, plus précisément.

Voici où il se trouve en ce moment :


Au labo du Muséum de Paris ! (MNHN)

Il est en préparation... c'est qu'on en prend soin de nôtre animal !

 Il prend tranquilou son bain à l'acide formique.




Un dosage minutieux car il ne faut pas l'abimer. 




Pendant que plein d'autres pièces qui viendront le compléter sont dans les armoires à séchage.




La surprise c'est qu'il y a plus de morceaux que prévu découverts dans le sédiment. Quand il sera recomposé il nous donnera sûrement toutes les informations nécessaires à sa description.




Alors... s'agit-il d'une nouvelle espèce ? Se rapproche-t-il vraiment des turiasaures ? Quelles sont ses différences avec les sauropodes espagnols ?
Plein de questions qui vont trouver des réponses, car ce crâne (ou morceau de crâne) est déjà extraordinaire : il n'est pas déformé ! On peut déjà vous dire que nous avons là un des plus beaux morceaux de crâne de sauropode découvert sur cette planète datant de cette époque !
De son étude va  débouler plein de surprises... mais je n'ai rien droit de dire.

A suivre !


A revoir:

Les post de cet été autour de la découverte de ce crâne :




Un palmipède à la retraite


Après plus de 40 ans au labo, 84 missions représentant 1460 jours, soit 4 ans de voyages...





 le professeur Moustache (le vrai) prend sa retraite... 













Tant de missions passées dans des musées et sur de multiples terrains ! Que de fouilles curieuses sur les chaudes pistes du Laos, du Maroc, d’Iran ou de Turquie... que de rencontres... avec un roi, des ambassadeurs, des villageois dans des contrées lointaines mais aussi en France et même à Paris ! 

La carte:


FOX AMPHOUX  1979 1980 1981, VENISE  1979, MAROC (Rabat)  1981 1983 1984 1985 1986 1987 1988 1990, CANJUERS  1983 1984 1986 1988 1992, LA VOULTE  1984, BEZIERS  1987, SAULIEU  1988, TRIPOLI  1991 1993, TRETS 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000, CONTEVILLE  1998 1999, PORTUGAL  1998, ANGOULÊME  1999, NAMIBIE  2000, MARIGNAC  2003, TROCADERO  2004, MAROC  2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2011, IRAN  2008, LESOTHO  2008 2009,  TURQUIE  2009,  ROUMANIE  2010 2014 2016,  LAOS 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2003 2005 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017


L'homme :







Ha Noosi    (Lesotho)



Photos glannées de ci de là :

 

Laos - années 90 (Philippe Richir, en bleu, le paléontologue et académicien Philippe Taquet au pantalon jaune... avec aussi en guest stars: Bernard Battail et Jean Dejax !)




Philippe et la tigresse:


Laos (années 90)






Sur le terrain marocain...




Philippe découvre le dentaire d'un sauropode nouveau qui sera nommé Tazourasaurus naimi par Philippe Taquet.





Extrait de Pal-Echo, missions au Lesotho.
 A la recherche d'un nouveau prosauropode.





Des traces de pneus ? ... non ! Des traces de vie précambrienne ! 
Extrait de Pal-Echo, missions en Roumanie











Extrait de mes carnets du Laos



ETC...

Et puis... aussi:
Chevalier de l'ordre des palmes académiques (6 novembre 2015).



Autant dire qu'il les a bien méritées ses palmes !


...


Philippe dixit in  Pal-écho des savannes (CR2P):

"Plus de 40 ans au labo, 84 missions représentant 1460 jours, soit 10 % de ma vie professionnelle, finalement ce n’est pas beaucoup ! Des milliers souvenirs, des bons moments et des moins bons, de nombreuses rencontres, des cultures différentes, des expériences culinaires variées ou avariées...
Je vais faire valoir mes droits à ma retraite mais je ne vous oublierai pas (tant que je ne serai pas sénile, c’est peut-être déjà trop tard…).
Et maintenant que j’ai du temps libre, je vais enfin pouvoir voyager ! et faire du vélo..."


Pfff... du vélo ? Essaye encore...

(dessin réalisé pour un private joke avec Philippe)



Allez hop ! 
Bonne retraite et à bientôt sur le terrain quand même... je sais que ça va te manquer trés vite  ;) !